Archives de Tag: sensualité

Saint Sébastien et l’érotique homosexuelle.

Aujourd’hui icône homosexuelle, et Saint Patron de la communauté Gay catholique, Saint Sébastien connait une représentation sensuelle et érotique dès la Renaissance, sans que cet aspect ne soit explicitement évoqué à l’époque.

Karim Ressouni-Demigneux, actuellement ATER à l’université de Provence,  membre associé du Centre d’Histoire et Théorie de l’Art (CEHTA) et membre du comité de rédaction d’Images Re-vues, a consacré son mémoire en 1996, puis sa thèse de fin d’étude en 2002 à l’image érotique de saint Sébastien et à  son rapport avec l’homosexualité à partir de l’étude de la production picturale de la Renaissance.

Nous vous proposons ici son mémoire complet La chair et la flècheLe regard homosexuel sur saint Sébastien tel qu’il était representé en Italie autour de 1500mis en ligne par l’UFR de philosophie de l’université Paris I.

L’auteur y retrace l’histoire du lien qui unit Saint Sébastien à l’homosexualité depuis la Renaissance, tout en faisant référence à ses représentations et ses connotations contemporaines.

Sur une note un peu plus insolite, nous vous proposons également de consulter   l’intervention de ce même auteur lors du colloque consacré à l’historien de l’art Daniel Arasse à l’Institut National de l’Histoire de l’art du 8 au 10 juin 2006.

Il s’agit ici d’une intervention à propos de l’ouvrage  « Le corps fictif de Sébastien et le coup d’œil d’Antonello » de Daniel Arasse, Karim Ressouni-Demigneux revient sur un détail particulier du Saint Sébastien d’Antonello da Messina, dans lequel le nombril du saint représenterait un œil.

L’intervention est téléchargeable gratuitement au format audio ou vidéo depuis mars 2011 via le site de diffusion de l’école normale supérieure de Paris

Publicités

Saint Sébastien: « l’expérience limite ».

A partir de la Renaissance, nous le savons, le corps de Saint Sébastien évolue du simple vieillard au jeune éphèbe que nous connaissons à travers la plupart des tableaux du XVe siècle et au-delà  jusqu’à devenir l’icone érotique et homosexuelle du XXe.

Pour réfléchir sur cette appropriation de la sensualité à travers le corps de Saint Sébastien, nous vous proposons cet article Sébastien : jadis et maintenant, essai  rédigé en 1988 et mis en ligne en 2010 sur le  blog « Lettres à un jeune philosophe de l’histoire et autres essais » par Jean-Paul Coupal.

Jean-Paul Coupal, chercheur en philosophie de l’histoire et en comportements des psychologies collectives des cultures et des civilisations à l’Université Concordia, Montréal et auteur de plusieurs blogs et essais à visée philosophique nous propose ici d’étudier l’évolution la représentation de Saint Sébastien à travers le temps, en peinture et sculpture, l’accent est mis sur la beauté et l’aspect érotique du corps.

Est évoquée bien sûr la relation à l’homosexualité, mais c’est avant tout le corps qui est mis en valeur à travers ses différentes postures et expressions et l’évolution de son traitement à la Renaissance et à la période baroque, cet article aide donc à comprendre en quoi Saint Sébastien devient, dans l’imaginaire commun, l’incarnation de la beauté sensuelle.

L’article étant véritablement complet et bien documenté, vous y trouverez une bibliographie importante une iconographie fournie, détaillée, et assez complète sur les diverses périodes de représentation du Saint.


Du martyre à l’extase, une ascencion de l’ordre de l’incorporel

Les homosexuels du XXème et XXIème siècle ont associé ce moment de pénétration par les flèches à une certaine extase. L’on peut y voir l’abandon de soi ou encore du masochisme selon l’écrivain Japonnais Yukio Mishima. Cet article en anglais de Jason Goldman (doctorant en histoire de l’art à la South California University), publié sur l’encyclopédie en ligne GLBTQ nous explique ces rapprochements du Saint à la communauté LGBT.

Saint Sébastien en tant que modèle de canon de la beauté de la Renaissance, souvent représenté par le Tintoret, Mantegna ou Guido Reni a explicitement inspiré le culte homosexuel du saint au XIXè siècle. En effet, les représentations du saint dévêtu, trépignant de plaisir en se faisant transpercer de flèches ont été le point de départ de cette nouvelle vision de Saint Patron de la sensualité homosexuelle.
L’amour homosexuel est, souvent un franchissement de certaines limites, le renversement des normes, et le plaisir de l’interdit. Tout comme Saint Sébastien jouit de son martyre, la communauté gay jouit de contempler cette figure Chrétienne qui semble sortir des conventions. Est-ce que le Sébastien était lui-même homosexuel? Aucune source ne peut le confirmer.
En tout cas, beaucoup d’homosexuels s’identifient au Saint voyant immédiatement en lui le cas typique de l’individu ayant du mal à dévoiler son homosexualité. Ainsi le martyr serait donc une sorte de coming out alors que les flèches symboliseraient le désir homosexuel sublimé.
Le tourment intérieur qui accompagne le saint serait mis en parallèle avec  les sentiments de honte, de rejet, et de solitude que subissent la communauté gay dans une société homophobe.