Archives de Tag: photographie

Le martyre des flèches en tant que métaphore érotique

L’article de Didier Martens, « Sebastiaan.Martelaar of mythe » (l’auteur est enseignant de philosophie et lettres à l’université libre de Bruxelles,  article publié dans la Revue belge de philologie et d’histoire, année 1995, volume 73, numéro 73-4, lien vers notre compte Delicious) s’intéresse aux différentes attributions de ce saint au fil des époques, et plus particulièrement au passage du saint martyr à un modèle érotique, grâce à ce martyre particulier de la sagittation, qui devient progressivement dans l’imaginaire une métaphore érotique.

En effet, ce jeune corps dénudé et athlétique va servir d’interprétation sexuelle de sa sagittation non mortelle. La flèche deviendrait alors un symbole phallique et Saint Sébastien une victime consentante. Cette vénération homosexuelle du saint repose davantage sur l’iconographie que sur la littérature canonique ( comme la Légende Dorée, ou la Passio du Saint), les artistes représentant un corps de plus en dénudé, provoquant, voir parfois avec une certaine ambiguïté sexuelle.

Ainsi des artistes de la Renaissance tels El Greco (lien vers notre compte Flickr) ou des photographes plus contemporains comme Raymond Voinquel (lien vers notre compte Flickr) n’hésitent pas à représenter un saint nu, provoquant, livré à son martyre des flèches, avec une expression extatique.

Publicités

Saint Sébastien: « l’expérience limite ».

A partir de la Renaissance, nous le savons, le corps de Saint Sébastien évolue du simple vieillard au jeune éphèbe que nous connaissons à travers la plupart des tableaux du XVe siècle et au-delà  jusqu’à devenir l’icone érotique et homosexuelle du XXe.

Pour réfléchir sur cette appropriation de la sensualité à travers le corps de Saint Sébastien, nous vous proposons cet article Sébastien : jadis et maintenant, essai  rédigé en 1988 et mis en ligne en 2010 sur le  blog « Lettres à un jeune philosophe de l’histoire et autres essais » par Jean-Paul Coupal.

Jean-Paul Coupal, chercheur en philosophie de l’histoire et en comportements des psychologies collectives des cultures et des civilisations à l’Université Concordia, Montréal et auteur de plusieurs blogs et essais à visée philosophique nous propose ici d’étudier l’évolution la représentation de Saint Sébastien à travers le temps, en peinture et sculpture, l’accent est mis sur la beauté et l’aspect érotique du corps.

Est évoquée bien sûr la relation à l’homosexualité, mais c’est avant tout le corps qui est mis en valeur à travers ses différentes postures et expressions et l’évolution de son traitement à la Renaissance et à la période baroque, cet article aide donc à comprendre en quoi Saint Sébastien devient, dans l’imaginaire commun, l’incarnation de la beauté sensuelle.

L’article étant véritablement complet et bien documenté, vous y trouverez une bibliographie importante une iconographie fournie, détaillée, et assez complète sur les diverses périodes de représentation du Saint.


Quand le glamour devient l’objet de dévotion…

En 2012 et ce depuis plus d’un siècle maintenant, Saint Sébastien est devenu un symbole de la sensualité masculine et par conséquent, un véritable phénomène de mode, allant jusqu’à faire la couverture de magazines (lien vers notre flickr).

Le photographe Robin, qui a su s’inspirer de cette figure sensuelle et désirée, nous parle dans cette interview (lien vers notre compte Delicious) pour le magazine « Têtu » de l’engouement qu’un artiste contemporain peut avoir pour le sujet.

Il semble que dans l’art, chez Robin ou encore chez Pierre&Gilles (lien vers notre Flickr) l’aspect religieux a complètement été détourné pour mettre en avant l’exploitation de l’érotisme, faisant de Sébastien un pur objet de désir mystique.